La Grande ludothèque des Taillades

forum de La Grande ludothèque des Taillades
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Ruines de la Folie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dalmon Rémi

avatar

Nombre de messages : 575
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Les Ruines de la Folie   Lun 26 Juin 2017 - 13:47

Votre intégration à Couronne Ouest se passe bien vous venez de vous faire un nouvel ami, Liebdaga, qui est impatient de faire votre connaissance; le fait que se soit un Diantrefosse, duc des enfers, ne doit pas vous retenir. Vous verrez il est très simple, direct; avec lui pas de chi-chi

Voici le résumé de votre entretien avec le maire:


1) Le discours du Maire Arvanxi lors de votre rencontre après l’explosion de son manoir :

‘ Si je vous dis tout ça, c’est parce que j’aime cette ville. Je sais que je n’ai pas été le meilleur des maires et que tous ceux qui me
détestent ont de bonnes raisons de le faire, mais ce qui se passe sous mon manoir risque de tout détruire. Vous avez sûrement entendu
les rumeurs, celles qui disent qu’un diable est enfermé sous mon manoir et que c’est sa puissance infernale qui alimente tout mon
confort. C’est vrai. Le diable s’appelle Liebdaga le Jumeau. C’est un duc infernal de l’Averne. C’est la maison Thrune qui l’a placé
là. Mais quelque chose a mal tourné. J’ai surpris mon majordome, cette salope de Crosael, en train d’essayer de voler le contrat qui
fixe les conditions de détention de Liebdaga. Il était caché dans un coffre secret, dans ma chambre, et maintenant, les ruines de
ma maison grouillent de diables, de vandales, de diabolistes et pire. On dirait que Crosael n’était pas ce qu’elle semblait être : non
seulement c’est une saleté de tieffeline, mais en plus elle travaille pour le Conseil des voleurs depuis le début ! »


Arvanxi semble pressé de fuir mais il prend le temps de répondre à quelques questions.

Voici les informations qu’il vous transmet :

Le générateur infernal. Le générateur infernal est en train d’échapper à tout contrôle. Abérian ignore comment y remédier. Il
possède quelques informations sur la nature de ce générateur, qu’il a apprises en lisant le contrat de Liebdaga.
Il sait que Liebdaga est un diantrefosse et que les deux maires précédents pouvaient sans doute le contacter et communiquer avec lui. Cette perspective terrifiait Abérian, quin’a jamais tenté de les imiter. Le maire est certain que Liebdaga est encore emprisonné dans le générateur. Sinon, il serait sorti et aurait déjà détruit Couronne d’Ouest. Tant que le diable est prisonnier, il y a une chance d’éviter une telle catastrophe : il faut que quelqu’un atteigne le générateur et triomphe du diantrefosse, sûrement fort affaibli, ou répare la machine afin que le diable ne puisse pas s’enfuir.

Le contrat de Liebdaga.
Le contrat dont Abérian est en possession est le double du contrat original mais le maire est prêt à confier aux PJ une part de propriété dessus en apposant sa propre signature. Ceux-ci auront alors plus de poids face à Liebdaga lors de leur confrontation et pourraient même profiter de leur statut de propriétaires du contrat pour éviter certains gardiens et pièges de la Spirale nessienne. Abérian attire leur attention sur une clause stipulant clairement « Les signataires sous-mentionnés sont liés par ce contrat et bénéficient d’un libre accès aux installations de la Spirale nessienne s’il est besoin de leur apporter des modifications ou d’effectuer des réparations. »
Un test de Linguistique DD 25 suffit à confirmer que le contrat ne cache pas de clause dissimulée susceptible de desservir les PJ. Abérian leur indique également une section mentionnant
ce qui pourrait être une méthode d’extinction sécurisée du générateur infernal : quelque part dans la Spirale nessienne, il y a cinq « mares de refroidissement. » Elles contiennent des eaux du Styx, acheminées depuis le Grand Au-delà pour réguler l’énergie infernale arrachée au diantrefosse. En cas de « défaillance cataclysmique, » il est possible d’interrompre le flux aqueux à l’aide du Sceptre
de contrôle, un objet autrefois en possession des Gardiens de la Spirale. La coupure de l’arrivée
d’eau maudite devrait réduire la production d’énergie du générateur, ce qui risque de le faire tomber en panne, solution malgré tout préférable à la destruction de l’engin, qui libérerait alors son occupant diabolique.

Le contrat se termine sur la mention suivante : « Ce contrat demeure contrainte légale
pour toute éternité tant que les composantes du générateur infernal telles qu’indiquées restent une source d’énergie viable.

Témoin signataire : Vaccha, Kolyarut des Écritures d’adamantium. »


La Spirale nessienne.
Abérian sait que la Spirale nessienne renferme un diantrefosse fort mécontent quelque part à l’ouest des salles qu’il connaît mais, en dehors de cela, il est incapable de donner des conseils utiles sur la manière d’aborder le donjon. Il peut toutefois remettre aux PJ un croquis rapide des zones se trouvant juste derrière la porte d’entrée dans la spirale, mais il ignore ce que ces salles abritent
actuellement et n’est jamais allé plus loin. Comme le générateur infernal fonctionnait à merveille, il n’a jamais eu la moindre raison de s’enfoncer plus avant dans le donjon et s’assurait juste que les tieffelins qui vivaient là recevaient à manger et une correction si nécessaire.

Les ruines.
Le maire n’a guère plus à offrir que des larmes quand on lui parle de sa maison. Il sait simplement que le rez-de-chaussée de l’aile orientale a plus ou moins survécu à l’explosion et qu’il est occupé par « cette traîtresse de Crosael et ses alliés du Conseil des voleurs. »

Les rats des tunnels tieffelins.
Le contrat de Liebdaga désigne les tieffelins signataires, asservis dans le donjon souterrain au manoir, sous les termes de « Gardiens de la Spirale » mais Abérian et ses serviteurs les surnommaient plutôt « les rats des tunnels. » Ces tieffelins étaient chargés de nettoyer le
complexe, de l’entretenir, d’effectuer des réparations mineures et de défendre les lieux contre d’éventuels intrus. Ils ont accepté cette tâche semi-volontairement, la maison Thrune leur ayant
proposé ce travail afin de « payer la dette qu’ils avaient contractée envers la société pour la souillure intolérable qu’ils incarnaient au regard de la pureté chélaxienne. » Les tieffelins qui
acceptaient de devenir des Gardiens de la Spirale et de travailler pendant vingt ans auprès du générateur infernal devaient être grassement rémunérés et bénéficier ensuite du statut de citoyen.
Les autres restaient esclaves de la maison Thrune à vie. Abérian ajoute, avec à peine une pointe de honte et de regret que, bien évidemment, au bout de ces vingt ans de service, les tieffelins
ne recevaient rien de la récompense promise : des agents des Thrune les emmenaient vers une destination inconnue, où ils étaient peut-être réduits en esclavage ou bien exterminés.
Quoi qu’il en soit, le générateur infernal fonctionne depuis près de 70 ans et les tieffelins qui y sont actuellement assignés représentent la quatrième génération d’esclaves. Abérian se
souvient du jour où les agents des Thrune sont venus récupérer les anciens tieffelins pour livrer ceux-là. Il se rappelle tout particulièrement du prêtre tieffelin que les Thrune ont nommé
comme commandant des Gardiens : Véladness, un bâtard aux yeux sombres et à l’air maléfique, avec de fines rayures luisant de
chaque côté de la tête et une voix grinçante qui faisait frissonner le maire. Si Abérian s’est tenu à l’écart des mécanismes de la Spirale nessienne, c’était aussi à cause de ce tieffelin terrifiant,
qui y avait été enfermé pour vingt ans. Il laissait donc Crosael, son majordome, leur apporter provisions et fournitures.
Il précise aux PJ que le Sceptre de contrôle stygien dont ils auront besoin pour désactiver les mares de refroidissement du générateur se trouve sûrement en possession de Véladness mais les conjure de ne pas faire confiance à la créature. Quelque chose en lui le terrifie toujours autant. Les derniers conseils.

Au final, on peut résumer ainsi les conseils que le maire prodigue aux PJ :

« Évitez les voleurs et les diables, descendez dans la Spirale nessienne, trouvez le Sceptre de contrôle pour fermer les mares de refroidissement stygiennes puis rendez-vous au cœur de la
Spirale pour bannir ou détruire le diantrefosse, qui sera sûrement très affaibli par son emprisonnement et son rôle de générateur d’énergie, tout cela avant que le diable ne recouvre sa puissance et ne s’échappe. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graminou
Admin
avatar

Nombre de messages : 1569
Localisation : Vaucluse
Date d'inscription : 22/07/2006

MessageSujet: Re: Les Ruines de la Folie   Mar 4 Juil 2017 - 7:28

Moi je dis : "cochon qui s'en dédit !"

(qui reste une phrase à replacer à toute occasion)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Ruines de la Folie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Raid Pré-BC 16/05/08] Ruines d'anh'quiraj (AQ20)
» [Blog] Une petite graine de folie (enfin, un arbuste)
» Bordeaux 2010 - Un autre millésime de folie à nos portes ?
» [DECO] Ruines dans les bois
» Les Ruines de Xu Chang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grande ludothèque des Taillades :: jeux de role :: Pathfinder: ou comment se détendre avec la 3.75 :: Le conseil des voleurs (remi)-
Sauter vers: